Au premier abord ils sont trois mais en fait non, gros scoop : ils sont quatre. Avec leur groupe, Adé, Raph, Felix et Renaud ont décidé de jouer la provoc’ et ça marche. Thérapie Taxi se veut thérapeutique dans ses paroles et souhaite dire tout haut ce que l’on se dit tout bas. Retour sur l’origine de leur succès.

L’art de se faire remarquer tout en finesse (ou pas)

Ca parle de tout, de rien. C’est en faisant de la musique sale que Thérapie Taxi a su décoller. En novembre dernier, avec “Hit Sale”, un titre en featuring avec le rappeur belge Roméo Elvis (coeur sur lui), le groupe a comptabilisé plus de 27 millions de vues sur Youtube. Et derrière ces millions de vues, tout le monde déraille :

Derrière un texte provocateur, des couleurs pop et un univers sensuel, plusieurs thèmes sont mis en exergue : le désir sexuel, l’amour intergénérationnel, la dualité masculin/ féminin, et bien plus encore.   

Si le coeur vous en dit, vous pouvez aussi écouter “Salop(e)”. Un titre qui a fait parler de lui car il met en lumière l’amour sous un autre angle et c’est le moins que l’on puisse dire. De l’amour à la haine, Adé, la seule fille du groupe, ne prend pas de pincettes :

Des complexes pourquoi faire ?

Thérapie Taxi nous fait danser sur des titres qui ne sont pas toujours joyeux mais qu’importe il faut que ça groove. Comme tu l’auras compris, les chansons parlent de sexe, d’amour, de soirées, de disputes… Derrière ces paroles posées sur des instrus pop, on se décomplexe et c’est ce que veut Thérapie Taxi.

D’ailleurs, je te conseille de voir le groupe en festival ou en concert : tu pourras crier “Regarde bien, moi j’suis une star, star, superstar”, porter Raph et t’éclater en buvant des coups avec tes potes.

         Tom