Son Lux, les origines d’un succès fulgurant

Son Lux est l’initiative de Ryan Lott, un américain né en 1979 à Denver, dans le Colorado. Son premier LP (Long Play), At War with Walls and Mazes, lui permet d’être désigné « Best New Artist » sur NPR (National Public Radio) en 2008. Depuis, Son Lux a su asseoir son identité singulière avec notamment la sortie de son troisième album Lanterns en 2013.

S’ajoute à cela de nombreuses collaborations : Lorde, Richard Parry d’Arcade Fire, Sufjan Stevens ou encore Woodkid.

En 2016, une collaboration inédite entre Woodkid et Son Lux. Un titre qui l’est tout autant étant donné que « Central Park » a été créé pour le Montreux Jazz Festival, à partir d’un poème de Frederick Seidel.

Un nouveau souffle artistique sera impulsé en 2015, lorsque le compositeur s’associera au batteur Ian Chang et au guitariste Rafiq Bhatia pour enregistrer un nouvel album, plus viscéral : Bones. Le trio sera notamment l’auteur de très beaux titres comme Easy ou Alternate World. Suite à cette mutation, Son Lux revient en 2018 avec un cinquième album, plus prometteur encore.

Brigther Wounds, un projet plus personnel

Trois noms derrière Brighter Wounds : Ian Chang, Ryan Lott et Rafiq Bhatia. Tous ont la casquette de l’écrivain, de l’interprète et du producteur. L’identité de ce nouvel album est fortement impactée par la naissance du premier enfant de Lott mais également par la perte d’un être cher. Brighter Wounds est le fruit de ces réflexions.

«  These songs draw on all of that: warm reflections of a fading past, pain wrenched from a still-present loss, and a mix of anxiety and hope for a future that is promised to no one. » *

* « Ces chansons s’inspirent de tout cela : des réflexions chaleureuses d’un passé en déclin, une douleur arrachée à une perte encore présente, et un mélange d’anxiété et d’espoir pour un avenir qui n’est promis à personne. »

En fin d’année 2017, Son Lux dévoile un premier extrait de son album : Dream State.

En 2018, c’est le titre Slowly que Son Lux propose au public.

Sur scène, un groupe indé charismatique

Une guitare, une batterie, un synthé puis une voix. Le 15 février dernier, Son Lux était sur la scène de l’Épicerie Moderne  à Feyzin, près de Lyon. J’ai pu assister à leur fabuleux concert.

Son Lux prend le temps de soigner chaque détail sur scène malgré l’urgence que l’on peut percevoir. C’est animal, c’est organique. Les silences ont leur importance. Le public est traversé par les sons, les interprétations et les improvisations. On ressent et on observe : Ian Chang, par exemple, entièrement habité et transcendé par son instrument : la batterie. L’univers onirique construit par le groupe l’est d’autant plus en live : celui-ci est révélé par la construction scénique, les lumières et le public. Coline Beulin nous livre un aperçu de leur concert à travers son premier Live Report :

 

Vous pouvez retrouver toute l’actualité de Son Lux sur Facebook et Twitter.

                                                                                                                                Thomas

SOURCES :

      Son Lux Music [en ligne] URL : http://music.sonluxmusic.com [consulté le 19 février 2018] ;

   Les InRocks [en ligne] URL : https://www.lesinrocks.com/inrocks.tv/exclu-un-nouveau-clip-de-son-lux-avant-le-nouvel-album/ [consulté le 19 février 2018] ;

   Le Figaro [en ligne] URL : http://www.lefigaro.fr/musique/2018/02/16/03006-20180216ARTFIG00015-son-lux-a-paris-de-l-or-plein-les-mains.php [consulté le 19 février 2018] ;

   Tsugi [en ligne] URL : https://www.tsugi.fr/un-inedit-de-woodkid-accompagne-de-son-lux-et-dun-orchestre-vient-de-sortir/ [consulté le 19 février 2018].