J’aime les podcasts. J’en écoute dans les transports, en cuisinant, en faisant la vaisselle, en marchant. Le podcast c’est comme une radio mais en mieux parce que tu choisis ce que tu veux écouter, quand, comment, tu peux faire pause et en plus t’as pas de pub.

Pour les néophytes du genre, un podcast c’est « une émission audio qui s’écoute à la demande et gratuitement, sur ordinateur et mobile » (c’est pas moi qui le dis, c’est eux). Un podcast ça peut donc aussi bien être la dernière chronique de Guillaume Meurice sur France Inter qu’une émission qui parle de cinéma, enregistrée dans un salon entre copains.

Laissez vous séduire par ce nouveau média, laissez-le entrer dans votre vie, elle n’en sera que plus belle.

Vous avez dit pratique ?

Ce que j’aime particulièrement avec ce format c’est sa capacité à être écouté en toute circonstance et surtout lorsque l’on est en train de faire autre chose. Pas besoin d’avoir les yeux rivés sur un écran ou d’être à proximité d’un réseau wifi. Le podcast peut se télécharger et s’écouter où vous voulez, même au fin fond du Loiret (c’est vous dire). On peut télécharger des podcasts sur des applications telles que Podcast Addict, Apple Podcast ou bien directement sur Soundcloud ou le site du podcast concerné.

Ce qui est génial est aussi le contrôle total que vous avez sur votre écoute. Ce n’est pas une diffusion linéaire comme la télévision ou la radio mais bien des émissions à la carte. On est donc loin d’un flux continu qui va, bien souvent, de pair avec une perte de qualité.

Du podcast en veux-tu en voilà

L’offre de podcasts est impressionnante et permet à chacun.e de trouver son bonheur. Amateur/ice de football, d’économie, de cuisine, d’humour, un podcast existe forcément pour vous. On compte aujourd’hui des dizaines de milliers de podcasts, ce qui montre la richesse de propositions, pour le peu que l’on fouille un peu.

En général, le podcast s’éloigne de l’actualité brûlante, il propose des discussions à tête reposée sur divers sujets. Ces discussions donnent une impression d’intimité qui fait, à mon avis, l’un des grands atouts des podcasts nouvelle génération. Loin des studios froids de radio, ce sont des passionné.es qui se retrouvent entre eux/elles pour discuter de quelque chose qui les intéresse. On a le sentiment d’écouter une conversation avec des amis alors qu’on est tranquillement chez nous. Les sujets abordés sont d’ailleurs souvent loin de ceux traités dans les médias mainstream. Les créateurs de contenus ne se forcent pas à parler de quelque chose qui ne les intéresse pas. C’est peut-être le fait que le secteur ne rapporte pas encore assez d’argent que le contenu reste aussi qualitatif : on ne cherche pas à faire du buzz, on prend le temps de discuter. Et ça c’est vraiment appréciable .

Quel avenir pour un tel média ?

On voit de plus en plus apparaître des studios de podcasts. Ils permettent de proposer de meilleurs contenus grâce à un meilleur matériel, des gens payés pour s’occuper de la technique et du montage. Certains studios sont indépendants et d’autres beaucoup moins, faisant partie d’un journal par exemple.

L’offre de podcasts, et donc la concurrence, est aujourd’hui tellement énorme que l’on peut se demander si des émissions arriveront à émerger et à être suffisamment fédératrices pour se développer.

La façon de financer ces projets est d’ailleurs toujours en question. Beaucoup se tournent vers des plateformes de crowdfunding (c’est à dire un système de financement participatif), ce qui permet de récolter une aide financière et aussi une communauté fidèle de fans. Néanmoins pour le reste, nous n’avons pas suffisamment de recul pour savoir comment à long terme le média pourra vivre.

Bien des questions se posent autour de l’avenir du podcast. C’est un nouveau média qui ouvre énormément de possibilités, offre un contenu varié, qualitatif et sort des schémas traditionnels de diffusion. On prend le temps d’écouter.

Alors, longue vie au podcast !

Quelques recommandations :
  • « Bouffons » : un podcast sur la nourriture et la cuisine où l’hôte, Guilhem Malissen reçoit chaque semaine un.e chef.fe et un.e passionnée. Un thème par émission, on parle de crêpes, de raclette ou de cuisine colombienne. Amoureux de la gastronomie, ceci est pour vous.

⇒ A retrouver ici

  • « Riviera Détente » : un de mes podcasts préférés et surtout l’un des plus drôles. Henry Michel a créé Riviera Détente dans sa cave et invite parfois des ami.es pour parler autour de micros. Ils discutent de la Riviera et sont surtout extrêmement rigolos. L’humour est souvent absurde et peut laisser pantois.e. Attention tout de même, écouter un épisode dans le métro vous fera peut-être pleurer de rire ce qui provoquera des regards surpris autour de vous.

⇒ A retrouver ici

  • « La Poudre » : Lauren Bastide reçoit chaque semaine une femme politique, de lettres, artiste. Une conversation intime où l’invitée parle de son rapport à la féminité, au féminisme, à son enfance, ses modèles. C’est inspirant et très beau.

⇒ A retrouver ici

  • « Les couilles sur la table » : Victoire Tuaillon invite à parler de masculinité. Elle aborde à chaque épisode un thème (le harcèlement, la répartition des tâches ménagères, le racisme, etc.). Cela fait énormément réfléchir et les invité.es sont toujours intéressant.es.

⇒ A retrouver ici

  • « Baby geniuses » : Ce podcast, en anglais, est présenté par Emilie Heller et Lisa Hanawalt (qui a travaillé notamment pour BoJack Horseman). Elles discutent de tout et de rien mais c’est souvent marrant et parfois émouvant.

⇒ A retrouver ici

  • « NoTube » : Vincent Manilève reçoit une semaine sur deux un.e Youtubeur/se ou une journaliste pour parler de sujets inhérents à Youtube. On parle de monétisation de vidéos, de placements de produits mais aussi des scandales qui ont eu lieu sur la plateforme. Cela permet vraiment de réfléchir posément à ce réseau social qui a pris ces dernières années une place importante dans nos vies.

⇒ A retrouver ici

Doé