Depuis que la Fête est finie (le nouvel album d’Orelsan) est sorti, je l’écoute en boucle. Et dans cet album, y a une chanson que j’aime bien : Notes pour trop tard. Dans cette chanson, Orelsan donne un tas de conseils , des très basiques (aha) comme “si tu veux faire un film, t’as juste besoin d’un truc qui filme” ou encore “prends ton ticket d’vestiaire en photo”. Et d’autres plus philosophiques sur l’amour, l’école, l’avenir ou encore la peur. Et au regard de ma courte vie, y a quand même quelque trucs que je pense avoir appris. Des leçons que j’ai retenues, et certaines que je ferais mieux de retenir. Du coup j’avais envie de vous partager une petite compilation de certains préceptes qui auraient pu m’être utiles par le passé.

1. Du petit muret devant ta voiture, toujours tu te méfieras.

Un accident est si vite arrivé… Mais sache que le choc passé, la honte arrive tout doucement, et que tu n’es pas seul.e ! Personne ne s’en vante mais les accidents arrivent à pas mal de monde. Donc sèche tes larmes et sort ta carte bleue pour réparer tes bêtises.

Excuse-moi petite voiture pour toutes ces souffrances.

2. Jamais, au grand jamais, laisser traîner un paquet de brioches au chocolat dans ta colocation tu ne feras.

Tu risquerais de ne pas en voir la couleur, ça se mange très vite ces petites choses, et ce plus vite que tu ne le crois. Un jour ma mère m’a apporté un paquet de brioches, et bah il parait qu’il était super bon. Mais pour moi c’est un peu comme le Loch Ness tu vois, j’en ai entendu parler mais je l’ai jamais vu ce paquet de brioches ! Alors sache qu’en colocation, et en amitié tout court, la bouffe peut être la source de nombreuses tensions. Mais n’aies crainte, une colocation solide résiste à tout ! Même à la corvée du nettoyage de toilettes, c’est pour dire !

3. Des bordures et trottoirs en tout genre tu te méfieras…

Tu pourrais te faire une entorse, ou te casser un membre… Je n’ai pas envie de m’étendre là-dessus mais mon expérience avec les trottoirs est plutôt ridicule.

4. Un livre dans ton sac toujours tu auras.

Tu seras bien content.e de l’avoir dans la salle d’attente de ton ophtalmo ou encore coincé.e dans ton ascenseur. Au lieu d’errer sans but sur ton compte facebook, tu ferais mieux de lire le Capital de Marx, Harry Potter ou le dernier Musso (je juge pas).

Ça marche aussi avec une bouteille d’eau et de la nourriture. Vraiment, un ascenseur coincé ça peut être long….

5. Quand le silence gênant n’est plus, l’amitié est venue.

Je suis quelqu’un qui aime le silence, j’aime bien ça m’apaise. Et mes ami.es proches le savent, parfois j’ai pas envie de parler, c’est pas que je t’aime pas, mais juste là tout de suite, mon esprit a besoin de partir et je t’écoute plus vraiment. Sauf que quand je ne connais pas très bien la personne, les blancs me stressent, j’ai l’impression de passer un test d’amitié : si je suis pas assez intéressante, on ne m’aimera pas. Mais j’ai appris avec le temps que le silence pouvait ne pas être gênant du tout. C’est même de mon point de vue, la preuve que cette personne est très proche de toi.

6. Faire tremper la vaisselle tu devras.

L’absence de lave-vaisselle est douloureuse. On ne se doute pas de la technicité que ça implique de faire la vaisselle. Alors au début tu t’y prends comme un manche, puis avec le temps tu acquières les techniques des plus grands maîtres laveurs de vaisselle. Et la plus importante de toutes est donc de remplir immédiatement d’eau tes casseroles et autres poêles lorsque tu as fini de manger. Ta tâche n’en sera que plus facile. 

7. Boire de l’eau abondamment pendant tes soirées il faudra.

Le lendemain de cuite en sera moins difficile. J’entendais cette rumeur en soirée, j’ai testé, j’ai approuvé. Par contre pour le vin blanc rien n’y fait, ça fait toujours mal à la tête.

8. Ton coloc malade tu éviteras.

C’est jamais sympa les épidémies de gastro, on n’est jamais assez méfiant.

9. Le PQ régulièrement tu surveilleras.

Une pénurie de PQ ne prévient jamais… Le dimanche, un jour férié, pendant une catastrophe naturelle. Du stock, y a que ça de vrai. Alors cesses de procrastiner et va acheter ton stock de rouleaux et n’aies pas honte à la caisse, même ce beau caissier fait caca.

10. Te méfier des gens dans le métro tu apprendras.

Un coup de boule inopiné est si vite arrivé… Un soir alors que j’allais boire un verre avec des ami.es, un homme, la quarantaine, s’est littéralement jeté sur moi, sans raison apparente, pour me mettre un coup de boule digne du grand Zizou. En parlant autour de moi de l’incident, il s’avère que ce n’est pas un cas si isolé que ça. Alors méfie-toi du mec bourré au fond de la rame et prépare-toi à dégainer tes bras et tes jambes comme un vrai ninja.

Sinon je te conseille vraiment d’écouter l’album d’Orelsan au moins une fois, ya des petites pépites à l’intérieur.

 

Valoche