Le 20 mars 2017, Jean Luc Mélenchon s’est illustré dans le débat télévisé pour les Présidentielles. Nombreux/ses ont été à reprendre ses punchlines et coups de gueule. Il y a quelques années encore Mélenchon était le candidat qui houspillait journalistes et hommes politiques en permanence. Depuis quelques temps il semble prendre des distances avec son image de colérique, et privilégier le dialogue et l’humour, surement plus séduisants. Dans cet article nous tenterons d’éclairer les grandes lignes du programme de Jean-Luc Mélenchon, et d’étudier ce personnage, parfois controversé mais néanmoins figure incontournable de la vie politique française depuis de nombreuses années.

« La France Insoumise », quèsaco ?

Le mouvement « La France Insoumise » s’est formé le 10 février 2016 sous l’impulsion de Jean Luc Mélenchon. La démarche de créer un mouvement, citoyen (et non pas un parti) va permettre une plus grande liberté d’organisations, ce qu’empêcherait le carcan d’un parti. Le nombre d’appuis à la candidature du candidat s’élevait le vendredi 31 mars 2017 à 346 362 (et une cotisation financière n’est pas nécessaire pour adhérer, contrairement aux partis traditionnels). Le programme prend ses inspirations dans les idées de “L’humain d’abord”, programme de Jean Luc Mélenchon en 2012 et surtout dans les nombreuses demandes des militant.es qui ont été incité à proposer leurs idées. Cette volonté de participation citoyenne semble intéressante à l’heure où tous.tes les candidat.es se montrent « à l’écoute des Français.es » mais dont peu en montrent les preuves.

Le programme

Pour nous parler du programme de la France Insoumise, Pascal Le Brun a gentiment accepté de répondre à quelques questions pour Parabole afin de nous aider à voir plus clair dans les propositions du mouvement. Pascal Le Brun est co-animateur du groupe d’appui Lyon Rive Gauche Insoumis, qu’il a créé en avril 2016.

Aujourd’hui de nombreux.ses jeunes se sentent délaissé.es par les politiques. Ce n’est pas forcément un désintérêt mais une impression persistante qu’aucun.e candidat.e ne tiendra ses promesses ou ne changera les choses, voire même que le système électoral ne leur convient plus. Qu’avez vous envie de dire à ce sujet à ces personnes, ou encore à celles qui hésitent sur leur vote ?

Le programme de l’Avenir en Commun que nous portons répond au problème que vous pointez ! Le système électoral n’est plus adapté aux attentes des citoyen.ne.s de 2017 ? Changeons-le donc ! Rendons le pouvoir au peuple. C’est ce que nous proposons avec la VIème République. Dans le cadre de la rédaction d’une nouvelle Constitution, nous porterons des propositions telles que la reconnaissance du vote blanc ou le référendum révocatoire, qui permettrait de révoquer n’importe quel élu à l’aide d’une pétition signée par un certain pourcentage d’électeurs et d’électrices, dans le cas où l’élu.e ne respecterait pas ses promesses électorales par exemple.

Jean Luc Mélenchon souhaite dans son programme mettre en place une 6ème République dont l’écriture de la nouvelle constitution se veut plus proche du peuple et plus participative. Comment cela va t-il se passer concrètement ?

Concrètement, cela signifie une très grande implication du peuple ! En effet, le Président de la République élu va d’abord faire appel à l’article 11 de la Constitution actuelle, en demandant un référendum pour la convocation d’une assemblée constituante. Ensuite, il y a l’élection des membres de la l’assemblé constituante. Nous appliquerons évidemment la parité femmes/hommes et exigerons que les candidat.e.s n’aient jamais été élu.e.s auparavant, et ne seront pas rééligibles, afin d’éviter les conflits d’intérêt. Les différents partis et mouvements feront connaître leurs propositions et candidat.e.s, comme dans une élection classique. Cependant, il y aura aussi la possibilité de voter pour le tirage au sort dans un vivier de volontaires. Ensuite, nous laissons travailler cette assemblée pendant un an, deux ans, le temps qu’il lui faudra, car pendant ce temps, nous appliquerons notre programme. Ce sera donc son seul mandat, l’assemblée constituante ne gouvernera pas en même temps. Enfin, il y aura un autre référendum pour que le peuple ratifie ou non la nouvelle Constitution.

Pouvez vous nous expliquer ce qu’est le protectionnisme économique souhaité par le mouvement de la France Insoumise ?

L’économie actuelle, encouragée par l’Union Européenne et l’OMC est une économie de libre circulation des capitaux et des marchandises. Ceci conduit à la compétition des entreprises à l’échelle internationale alors poussées au dumping social, fiscal et environnemental. Le protectionnisme économique promu par la France Insoumise est un protectionnisme solidaire, dans le sens où il ne vise pas à gagner en compétitivité face aux autres économies, mais à favoriser de hautes exigences écologiques et sociales dans les autres pays. C’est donc une politique favorable aux autres peuples face aux multinationales et à la finance. Pour réaliser ce protectionnisme, nous allons imposer de nouvelles taxations sur les produits aux frontières. Une taxe kilométrique progressive selon la distance qu’ils ont parcourue et les transports utilisés. Une taxation sociale basée sur la qualité du droit social en vigueur dans le pays exportateur.  Ou encore une taxation des importations des entreprises qui ont délocalisé leur production. Le protectionnisme solidaire est une politique économique éthique qui refuse tout commerce avec les pays déniant les droits humains.

Concernant un sujet qui travaille beaucoup de foyers aujourd’hui : quelle va être l’action de Mélenchon sur les impôts ?

La France Insoumise enclenchera la révolution fiscale, pour une plus juste répartition des richesses. Avant tout, l’impôt sur le revenu doit être plus progressif : il passera de 5 à 14 tranches, chacun.e payera alors selon ses moyens réels. Nous instaurerons un revenu maximum autorisé en taxant à 100% tous les revenus au dessus de 400 000€ par an. Nous réduirons aussi la TVA, qui est l’impôt le plus injuste car ce sont les plus pauvres qui y consacrent la plus forte part de leur revenu. Enfin, grâce à notre simulateur (https://impots.jlm2017.fr/) les citoyen.ne.s peuvent savoir quelle sera leur nouvelle imposition, une fois la révolution fiscale enclenchée.

L’un des chapitres de votre programme s’intitule « Travailler moins pour travailler tous». Habituée au « Travailler plus pour gagner plus », je suis curieuse de voir ce que votre proposition sous-entend : pouvez vous nous dire en quoi cela va t-il consister ? Est ce juste une réduction du temps de travail ou pourra t-on constater d’autres améliorations également ?

Nous vivons plus longtemps parce que nous travaillons moins longtemps et non pas l’inverse.  La répartition des heures travaillées permettrait de faire baisser le taux de chômage actuel avoisinant les 10%. Nous proposons de revenir aux 35h réelles de travail. En effet, une large partie de la population travaille aujourd’hui plus de 35h par semaine. Nous convoquerons une conférence nationale qui débattra sur la répartition du temps de travail. Les métiers pénibles et de nuit passeront à 32h. Pour harmoniser le quotidien de chacun, il faut prendre en compte les temps de transport, la garde d’enfants ou encore l’emploi à domicile dans l’établissement des horaires de travail. La flexibilisation non plus de la vie au profit du travail, mais flexibiliser les horaires de travail au profit de la vie.

Pouvez vous nous parler de la vision écologique portée par le mouvement de la France Insoumise ? Qu’est ce que cette politique va changer concrètement dans la vie d’un.e français.e lambda ?

La transition énergétique va permettre de créer de l’emploi, dans tous les secteurs des énergies renouvelables. Il faut aussi s’occuper de nos centrales nucléaires, les démonter va aussi créer de l’emploi. Ceci va permettre à une grande partie des 2,8 millions de chômeurs et chômeuses de retrouver un emploi, ce qui change la vie d’un.e citoyen.ne français.e. En favorisant une alimentation locale, biologique notamment dans la restauration collective. Et donc en faisant travailler les circuits courts et les producteurs locaux, on change la vie d’un.e français.e par l’emploi et la consommation. Notre écosystème est le seul compatible avec la vie humaine, et seul une politique écologique enclenchée par tous les pays permettra de sauver notre planète. Il faut montrer l’exemple, la 5ème puissance mondiale le peut.

Concernant l’Union Européenne, Jean Luc Mélenchon souhaite d’abord mettre en place un « plan A » qui consisterait à renégocier les traités, donc changer les choses de l’intérieur. Si cela échoue, la mise en place d’un plan B est prévu, en quoi consiste exactement ce plan B ?

Le plan A c’est mettre en place une Europe démocratique, sociale et écologique. Avant-tout nous désobéirons de manière unilatérale aux traités européens c’est-à-dire refuser les traités de libre-échange (TAFTA, CETA , TISA), et le pacte de stabilité qui nous impose l’austérité qui asphyxie notre économie.
Notre stratégie en deux temps, c’est d’abord le plan A. La France est la deuxième puissance de l’Europe, nous sommes capables de créer un rapport de force suffisant pour mettre fin à l’indépendance de la BCE (Banque Centrale Européenne) et arrêter la libéralisation des services publics. Si l’Union Européenne et ses institutions nous empêchent d’instaurer une Europe démocratique, nous passerons au plan B. Le Plan B c’est la sortie des traités pour créer de nouveaux accords de coopération internationaux. Nous devrons réquisitionner la banque de France pour faire de l’euro une monnaie commune (partagée entre plusieurs pays en parallèle de leur monnaie nationale) et non pas unique (une seule monnaie pour tous) ce qui stoppera le diktat de l’Allemagne du fait que l’euro ait été indexé sur le mark. L’Union Européenne a été créée pour la paix, aujourd’hui elle entretient une guerre économique des pays membres au profit de l’Allemagne, cela doit cesser.

Sujet à la fois populaire et polémique : quelle est la position de votre mouvement sur la légalisation du cannabis ?

D’abord changer de logique en matière d’addiction et de drogue. D’une politique répressive, nous devons en développer une nouvelle sur la réduction des risques. Cela passe par des programmes de prévention, d’aide à la désintoxication, et de lutte contre les addictions. Ces programmes ne sont possibles que par légalisation du cannabis, et notamment la taxation d’un marché, strictement réglementé par l’état, de production, de vente, et de consommation de cannabis. Le contrôle de la qualité des produits et des quantités écoulées sont les deux éléments sur lesquels nous préservons la santé publique.

Votre programme semble proposer une mesure pour les jeunes, appelée « allocation d’autonomie », en quoi cela consiste t-il exactement ?

La France Insoumise s’alarme de la paupérisation des jeunes et des étudiant.es contraint.es de travailler à côté de leurs études pour survivre. Pour cela nous instaurerons une allocation d’autonomie pour les jeunes de 18 à 25 ans, qui s’élève à 800 euros, d’une durée de 3 ans sous condition de ressources, et sous réserve qu’ils aient trouvés une formation qualifiante. C’est indispensable de que notre jeunesse puisse vivre dans la dignité.

J’ai pu lire dans le programme que d’ici 2050 vous souhaitiez sortir du nucléaire. Comment cela va t-il se passer ? Quels seront les moyens de production d’énergie pour la France ?

Et même avant ! L’idée est de lancer un vaste programme de recherche et développement sur les énergies renouvelables. En parallèle construire des parcs éoliens, utiliser le solaire, le géothermique, l’énergie de la mer. Nous lancerons aussi des travaux d’isolation des logements anciens, des réseaux de chaleur entre entreprises et développerons une filière issue du renouvelable à base d’hydrogène. Ce que nous prévoyons pour 2050 c’est une énergie provenant à 100% des ressources renouvelables.

Merci à Pascal Le Brun d’avoir répondu à nos questions !

Nous n’oublions pas que le programme de la France Insoumise c’est aussi :

  • L’abrogation de la loi El Khomri
  • L’étude de la question de l’immigration sous un jour beaucoup plus humain (et donc la prise en charge des problèmes qui font que des populations fuient leur pays, et non plus une discrimination envers les populations migrantes).
  • Lors du débat télévisé du 20 mars 2017, Jean Luc Mélenchon a évoqué la place de soumission de la femme voilée. Il est important de souligner ces propos avec lesquels — très personnellement — je suis parfaitement en désaccord. Néanmoins le candidat a évoqué son choix de ne pas ramener la laïcité à un simple avis personnel. Ainsi il ne cherchera pas à mettre en place une stigmatisation envers ces femmes, justement car il défend le principe de laïcité. Cette démarche fait plaisir à entendre dans un contexte où certain.E.s instrumentalisent le « droit des femmes » pour mieux stigmatiser une partie de celles-ci.

Une vraie alternative ?

Impossible de parler d’un mouvement/parti de gauche sans évoquer les divisions de cette aile politique. Dans l’évocation d’une alliance entre Benoit Hamon (et Jadot) et Jean Luc Mélenchon, les deux candidats semblent camper sur leurs positions et refuser de se retirer au profit de l’autre. Il peut-être énervant de voir qu’un rassemblement de la gauche permettrait une victoire quasi-assurée mais que pourtant cela n’a pas lieu. En même temps, il est peut-être préférable d’avoir un candidat sûr de sa position plutôt qu’un.e candidat.e qui va piocher dans des soutiens, mêmes si ceux ci ne sont pas en accord avec sa ligne politique.

Alors que penser de Mélenchon ? Ce personnage fait beaucoup parler, on lui reproche son emportement, sa colère souvent. Mais ne nous y trompons pas, Mélenchon ce n’est pas la gauche radicale, ce n’est pas l’exterminateur de la société capitaliste non plus. Sa candidature semble plutôt relever d’une alternative véritablement sociale à l’incessant balancement PS/Les Républicains et à la dangereuse ombre du FN.

Qu’en penses-tu toi de Jean Luc Mélenchon ? Une vraie alternative ou pas ?

>> le programme, l’Avenir en commun

Doé

Sources – Pour aller plus loin