Aujourd’hui, loin des récents tumultes auxquels il fait face, nous vous parlons de François Fillon, le représentant “légitime” de la droite, après sa victoire à la Primaire française de la droite et du centre, fin 2016.

Sa vie, son oeuvre

Âgé de 22 ans, c’est en 1976 que M. Fillon entre dans les affaires politiques en tant qu’assistant parlementaire de Joël Le Theule, à l’époque député de la Sarthe. Il se rapproche rapidement des politicien.nes proches du gouvernement puisqu’en 1977, il adhère au Rassemblement Pour la République (RPR), parti fondé par Jacques Chirac. Il suit Theule pendant plusieurs années et sur plusieurs de ses postes, que ce soit en tant que ministre des transports (1977-78) ou ministre de la défense (1980).

À la mort de Theule à la fin de l’année 1980, Fillon va prendre la place de celui qui l’avait pris sous son aile et montera progressivement les échelons.

En 1981, âgé de 27 ans, il entre à l’Assemblée Nationale. En 86, il passe Président de la Commission de la Défense nationale et des Forces armées. Tout au long de sa carrière, il n’oublie pas la Sarthe et en sera à plusieurs reprises député et Président de conseil général de 92 à 98. Il est ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche dans le gouvernement d’Édouard Balladur (1993-1995), puis ministre des Technologies de l’Information et de la Poste (1995) et ministre délégué chargé de la Poste, des Télécommunications et de l’Espace (1995-1997) dans les deux gouvernements d’Alain Juppé. Après la réélection de Jacques Chirac à l’Élysée, François Fillon est ministre des Affaires sociales, du Travail et de la Solidarité (2002-2004)”.

En 2007, à la suite de la victoire de Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle, il est nommé Premier ministre, conduisant trois gouvernements et étant l’unique chef de gouvernement de la législature. Il quitte ses fonctions en 2012 après la défaite de Sarkozy à l’élection présidentielle. Il est le deuxième Premier ministre, après Georges Pompidou, dans l’ordre de durée de présence en continu à Matignon.”

“Il est élu député de Paris en juin 2012.” “Candidat à la primaire de la droite et du centre de 2016, il défend un programme libéral-conservateur. Il l’emporte au second tour face à Alain Juppé et devient le candidat de son camp pour l’élection présidentielle de 2017.” (source: wikipedia)

Ce qu’on peut dire, c’est que M. Fillon connaît bien l’État, son fonctionnement, ses routines et les relations entre politicien.es. Maintenant, voyons de plus près ce que François Fillon présente et propose, après 41 ans dans la politique.

Un programme qui sauverait la France ?

Dans son programme, téléchargeable ici, François Fillon nous donne à voir une France nouvelle, plus compétitive et “égalitaire”. En quelques points, voici ce qu’il envisage pour nous, citoyen.nes français.es :

– Travail : “Lever le verrou des 35h” : selon le bon vouloir du patronat, suite à des “accords collectifs”, le temps de travail hebdomadaire pourra atteindre les 39h. Dans la fonction publique, ces 39h deviendraient monnaie courante, s’agissant pour Fillon d’un réel besoin pour ce domaine et plus adapté au corps de métiers de la fonction publique. Il ne remet donc pas en cause la loi Travail sur ce point, loi pour laquelle nombreux.ses sont sorties dans la rue manifester leur mécontentement.

– Famille : “La procréation médicalement assistée (PMA) restera interdite aux couples de femmes et aux femmes seules” : on peut comparer cette prise de position avec un autre point du programme qui est de “réécrire la loi Taubira […] en posant la règle que l’adoption plénière sera réservée aux couples de sexe différent, la filiation n’ayant de sens qu’à l’égard d’un homme et d’une femme”. François Fillon se veut donc conservateur, refusant l’égalité devant la PMA et l’adoption pour les hétérosexuels et homosexuels (pour faire simple, car bien d’autres orientations sexuelles existent).

Femmes” : “Sanctionner d’une amende aggravée toutes les incivilités commises à l’égard des femmes dans l’espace public et les transports en commun (insultes, harcèlement de rue…) : un positionnement qui lui vaudrait des acclamations… Or, dans cette même partie qu’il a si bien nommée “Femmes”, il parle de l’éducation des enfants et rattache donc directement les femmes à leur rôle de mère. Cette partie part d’un bon sentiment, mais dans la forme et en creusant un peu, l’égalité qu’il prône n’est pas vraiment respectée : par exemple, à aucun moment dans son programme on ne trouve de féminisation.

Immigration : “Désengorger l’accès aux structures d’accueil et d’hébergement d’urgence. Chaque citoyen.ne français.e, chaque étranger.e en situation régulière doit pouvoir accéder à l’hébergement d’urgence”. Cette décision semble tout à son honneur, s’agissant d’un effort de solidarité. Mais il souhaite, d’un autre côté, supprimer l’AME (Aide médicale de l’État).

– Education : “Réécrire les programmes d’histoire et de français du collège sous l’autorité d’académiciens […], conforter l’enseignement de l’allemand et rétablir les enseignements de latin et de grec” : son but ici est de glorifier l’Histoire de France, tout en balayant ce qui pourrait salir notre image, notamment les guerres perpétrées par l’armée française, la colonisation, les différents gouvernements absolus, etc. En effet, selon ses dires concernant la colonisation, “la France n’est pas coupable d’avoir voulu faire partager sa culture aux peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du nord” (source: L’Express). De plus, il souhaite “laisser la liberté aux universités de créer des filières d’excellence, de définir et de mettre en oeuvre elles-mêmes les règles d’admission en master” : l’Université deviendrait elle aussi un lieu de compétition et d’inégalités, car les critères de sélection plus strictes rendent les places plus prisées, et il s’ajoutera en plus, un système de méritocratie.

– Santé : François Fillon veut “combattre les déserts médicaux et réduire les temps d’attente aux urgences en développant les maisons médicales et les structures d’urgences pour les premiers soins. Laisser une grande liberté d’organisation aux professionnels de santé pour créer les structures les plus adaptées” ; paradoxal puisqu’il veut aussi augmenter la durée hebdomadaire du travail au lieu de fournir davantage de postes. Et dans le domaine médical, tout le monde sait qu’on manque cruellement de personnel…

– Energie : le candidat à la présidentielle souhaite “finaliser la restructuration de la filière industrielle nucléaire” ; il veut combiner les énergies renouvelables avec le nucléaire mais ne fait pas des énergies nouvelles une priorité, loin de là. Toujours dans le nucléaire mais au sujet de l’implication française dans les conflits géopolitiques internationaux, François Fillon désire “maintenir la force de dissuasion nucléaire et engager sa modernisation”.

– Justice : “l’impunité zéro” sera de mise : “rétablir l’autorité par la certitude de la sanction”. De plus, la majorité pénale sera abaissée à 16 ans si M. Fillon arrive au pouvoir car selon lui, on fait “face à une délinquance des mineurs qui n’a plus guère à voir avec ce qu’elle était lorsque fut écrite l’ordonnance de 1945”. Plus de pitié, il faut punir, et sévèrement.

Le changement, c’est peut être pas pour maintenant

Avec un programme dont les idées se rapprochent dangereusement de l’extrême droite, Monsieur Fillon nous donne à voir une France différente, plus traditionnelle et conservatrice. Son ancienneté dans la politique en séduit plus d’un.e et fait de lui un des candidat.es les plus populaires aujourd’hui, malgré les récentes polémiques.

Mais cette ancienneté est-elle gage de vérité et de cohérence ? Cherche t-il réellement la solution aux multiples crises du pays ? Ses choix et propositions de retour en arrière et d’annulation de lois du précédent quinquennat sont-elles vraiment les solutions ? Ne faudrait-il pas plutôt aller de l’avant, trouver de nouvelles idées, de nouveaux modes de fonctionnement à l’instar d’un système économique et politique qui ne répond plus aux attentes contemporaines ?

>> https://www.fillon2017.fr/projet/

Carolube et Atchoum

Sources :

Parité dans le Gouvernement Hollande: Luipresident.fr ://www.luipresident.fr/engagement/parite-au-gouvernement-196

http://www.luipresident.fr/engagement/sanctions-pour-favoriser-parite-en-politique-74

Zone de non-droit: https://fr.wikipedia.org/wiki/Zone_de_non-droit

Licencier sans motif coûte de l’argent, des barèmes sont fixés: http://www.dossierfamilial.com/ndemnites-prud-homales

LeMonde, sur l’efficacité du CICE et ce qu’il faut en faire: http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2017/03/22/l-efficacite-du-cice-continue-de-faire-debat_5098813_3234.html

Impot.gouv.fr, le CICE: https://www.impots.gouv.fr/portail/actualite/credit-dimpot-competitivite-emploi-cice

Pas vraiment 6 millions de chômeurs: http://www.lefigaro.fr/economie/le-scan-eco/2016/11/29/29001-20161129ARTFIG00114-pourquoi-fillon-a-tort-de-dire-qu-il-y-a-6-millions-de-chomeurs-en-france.php

Colonisation: http://www.lexpress.fr/actualite/politique/pour-francois-fillon-la-colonisation-visait-a-partager-sa-culture_1825773.html

F.Fillon attire principalement des cinquantenaires et soixantenaires: https://twitter.com/FrancoisFillon/status/850420530226352129