Septembre 2017

Semaine 1 : l’excitation

La première semaine est assez décisive lorsque l’on part. Quand tout le monde pense que c’est la plus dure étant donné que l’on se retrouve face à soi-même dans un pays étranger, cela ne l’est pas forcément. Au contraire, la première semaine est une phase assez intense où l’on est particulièrement excité.e/émerveillé.e par tout ce que l’on voit. Tout est nouveau et particulièrement exotique et l’on ne veut rien rater.

C’est aussi le moment où l’on rencontre le plus de personnes. Pour ma part, vivant dans une résidence étudiante à Dublin, j’ai rencontré des centaines de personnes en une semaine. C’était à la fois hyper enrichissant et très intense émotionnellement. On se confronte à la fois à d’autres cultures (car j’ai véritablement rencontré des étudiant.es internationaux de la planète entière) et à un autre langage.

Cette première semaine, où je n’avais pas encore commencé la fac, m’a aussi permis de découvrir la vie nocturne de Dublin, ce qui était à la fois surprenant et fatiguant.

Semaine 2 : le sentiment d’être complètement perdu

J’ai commencé à me sentir perdue la semaine où j’ai commencé à aller à la fac. Je suis étudiante à UCD qui est une des plus grandes universités de Dublin. Il est donc très facile de s’y perdre. Les cours commencent et les professeur.es parlent tellement vite que je n’arrive pas à taper mes cours. C’est le moment où j’ai commencé à me sentir vraiment perdue, partout, tout le temps. J’ai réalisé que je n’étais plus dans mon pays et que bien des choses étaient différentes, que ce soit dans la façon d’enseigner, les produits que l’on trouve au supermarché, la mentalité des personnes que je rencontrais, etc. J’avais véritablement le sentiment d’être perdue et aspirée par ce pays étrange, peuplé d’inconnu.es qui ne parlaient pas ma langue maternelle.

Heureusement, j’étais rarement seule et j’ai été aidée par de très sympathiques irlandais.es pour trouver mes marques.

Semaine 3 : le sentiment de solitude

Avant de partir, on est tenté de se dire que partir vivre à l’étranger c’est comme déménager dans une ville différente. Détrompez-vous, c’est totalement différent. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les étudiant.es Erasmus/étranger.es se tournent beaucoup vers des personnes venant de leur pays d’origine. Déjà parce que cela fait énormément de bien de parler dans son propre langage et d’avoir des gens autour de vous qui comprennent votre culture, pourquoi votre pays d’origine vous manque tant.

Ce sentiment de solitude est assez étrange car, même si vous êtes constamment entouré.e, vous avez quand même le sentiment d’être seul.e. C’est tout simplement le mal du pays. Vos ami.es et votre famille vont vous manquer énormément durant cette période car vous aurez l’impression que tous les liens que vous êtes en train de créer ne sont pas assez forts pour combler cette solitude. Le seul conseil que j’ai à donner c’est de ne pas hésiterà les appeler si ça va pas : même si vos proches sont loin, iels ne seront pas moins présent.es pour autant !

Semaine 4 : le début de la routine

Ca y est, ça fait un mois que vous êtes ici. Même si vous êtes toujours un peu perdu et que cela vous fatigue encore de parler dans un langage qui n’est pas le vôtre, vous commencez à prendre vos repères et à installer une certaine routine. Vous commencez enfin à vous sentir chez vous et à savoir sur quelles personnes vous pouvez compter au niveau local. Ce sentiment est assez reposant après l’ascenseur émotionnel vécu les semaines d’avant ! Néanmoins,  je me doute que pour certain.es cela prend plus de temps et aussi que je risque encore d’avoir des moments difficiles. Cependant, je commence vraiment à apprécier ma vie ici et à découvrir la culture irlandaise en profondeur, ce qui s’annonce assez extraordinaire pour la suite !

Un petit aperçu de ce que j’ai vu de Dublin en un mois

L’architecture typique Dublinoise

Copyright Gwenaëlle GARCIA

Temple bar  (pub un peu pour les touristes mais qui vaut quand même le détour)

Copyright Gwenaëlle GARCIA

Une véritable culture de la live music

 

 

Sergente Garcia